11194420 104168476582894 2488170167237116262 o - À la rencontre des normands du team ESM

Cyrille du team ESM  nous a contactédernièrement afin que l’on parle de son projet dans nos colonnes, quelques questions plus tard voici son interview.

11194420 104168476582894 2488170167237116262 o - À la rencontre des normands du team ESM

Salut Cyrille comment vas -tupeux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour je m’appelle Cyrille j’ai 31 ans et je viens de Granville dans la Manche.

Comment en es-tu venu au VTT ?

Un jour on m’a proposé de venir rouler à la Cabanne Vaubant à Carolles, à l’époque mon budget était serré et j’avais réussi à me trouver un vélo de cross-country puis comme tout le monde j’ai attrapé le virus.

Que représente le VTT pour toi ?

Une passion avant tous, une cohésion avec la nature, la découverte de nouveaux paysages, le partage et la possibilité de faire de nouvelle rencontre. Des bonnes expériences et de nombreux voyages ont vécu et par-dessus tout une bonne dose de fun.

Merci de nous en avoir dit un peu plus sur toi, passons maintenant au team que tu as créé en 2015 l’ESM tous d’abord seuls puis vite rejoint par un jeune pilote, comment as-tu eu l’idée de démarrer cette aventure ?

D’une manière toute bêteà l’époque j’ai commencé à filmer et partager mes photos de VTT et du coup j’ai eu l’idée de créer ma page Facebook pour ne pas flooder mon profil et surtout pour ne pas imposer mes photos et vidéos aux personnes qui ne s’y intéresse pas .  Au départ je n’avais que 34 abonnés et petit à petit ça a augmenté. Puis Landry le deuxième pilote du team m’a rejoint dans l’aventure.

30420566 641699792829757 6800332579044444461 o - À la rencontre des normands du team ESM

Au jour d’aujourd’hui disposez-vous de sponsors ou êtes-vous toujours en pleine recherche ?

Oui nous disposons de sponsors, mais ce que nous recherchons en premier lieu ce sont des fonds, car la saison coûte cher. Ici le premier spot digne de ce nom est à 1 h 40 de route. Autant dire que nous n’y allons pas toutes les semaines. Pour 2019 nous souhaiterions participer à la Mountain of Hell ainsi que la Mégavalanche de l’Alpe d’huez.

Pour le moment vous avez participé à quel type de courses (enduro, dh, dh marathon) ? 

– Enduro Breizh séries 2015

– Enduro Normandies Series 2014/15/16

– Coupe de Bretagne de DH 2017/18

– Coupe de Normandie de DH 2017/18

– Mégavalanche 2017

– Urban DH Saumur 2018

– Urban DH Moncontour 2017/18

La saison 2018 étant bientôt finie, quels sont vos objectifs pour 2019 ?

Nous souhaiterions participer à des courses comme la Mountain Of Hell, Maxiavalanche ou Mégavalanche ainsi que des manches des coupes locales de DH et Enduro et peut être coupe de France de DH, mais rien n’ait signé.

En étant pilotes nous avons tous des qualités et des défauts des terrains que nous préférons d’autres sur lesquels nous aimons moins rouler quelles sont les vôtres ?

Personnellement je ne suis pas fan de la descente urbaine et je ne suis pas encore très à l’aise sûr les gros sauts, je tiens à rouler propre et j’apprécie les pierriers. Après ce que je déteste le plus, c’est la tôle ondulée dans les bikepark.

Rouler en enduro et en descentes demande de l’engagement aussi bien physique que technique, quels sont vos entrainements type, pratiquer vous d’autres disciplines ?

Nous n’avons pas d’entrainement-type on fait en fonction des disponibilités de chacun et du spot sur lequel on roule. Bien souvent ça finit sur un petit trail près de chez nous qu’on nomme le bulsard. Après pour garder la forme on roule tous plus ou moins un peu de notre côté pour entretenir le physique.

Quelles sont pour vous les qualités essentielles qu’il faut pour pratiquer l’enduro et la descente ?

Déjà, être passionné, je dis ça, car je vois trop de personnes jugées uniquement par rapport au chrono et aux performances ! Pour moi ça n’est pas l’ADN de ce sport ça doit rester du pur plaisir quitte à freiner davantage et ne pas ce blesser.

Il faut aussi un bon cardio et de l’endurance et un minimum de musculatures pour tenir son bike, et pour finir mesurer les risques et ne pas se surestimer.

Après les pilotes et le team il est temps de savoir sur quels modèles de vélos vous roulez, parlez-nous un peu de vos montures ?

Je roule un pivot Firebird 2017 c’est une fusée qui ne demande qu’à rouler vite, il possède des suspensions et une géométrie vraiment efficace ce qui le rend très plaisant à rouler.

Il est aussi bien à l’aise sur le sol comme dans les airs ; il a tendance à chasser en courbe si la roue n’est pas placée au bon endroit ce qui oblige à rouler propre, mais c’est assez souple pour un carbone. Ce qui me surprend le plus c’est sa capacité de pédalage pour un vélo en 170 mm AV/AR de débattement.

37387919 699196003746802 6361379420493578240 n - À la rencontre des normands du team ESM

Une bien belle machine, quels critères vous ont fait basculer vers ces modèles ?

Je voulais investir sur un carbone et j’ai hésité avec un Nomad Santa Cruz et le dernier ROCKYMOUNTAIN Slayer, mais le Pivot était moins rigide et moins contraignant pour mon niveau.

L’enduro et la descente commencent à se développer petit à petit du côté de la manche ainsi que chez voisins bretons avec les enduro Breizh Series, comment voyez-vous l’évolution de ces deux disciplines dans l’avenir dans ces régions non montagneuses, mais avec un fort potentiel ?

Pour la Bretagne je ne me fais pas de soucis ils sont déjà en place depuis un bon nombre d’années. Ils sont rodés et ont juste à réciter ce qu’ils savent faire. Pour la Normandie c’est là le vrai défi.

Rien n’est moins sûr ! Il y a des associations comme les TONTON’S Rider qui sont passionnés et une bonne mentalité qui nous font des DH chaque année et qui ce battent pour motiver les associations et faire perdurer la coupe de Normandie de DH en Enduro il y a le NCMTB qui fait de même, qui organisent depuis plusieurs années l’Enduro du Cotentin à Cherbourg.

37895853 710605679272501 3063027184944807936 n - À la rencontre des normands du team ESM

Eh bien, Cyrille merci d’avoir répondu à nos questions, un petit mot pour la fin ?

N’oublier votre plaisir de rouler et ce que sont les valeurs de notre sport. Notre discipline ne doit pas devenir un sport pollué par la compétition. Mais surtout, abonnez-vous sur nos réseaux sociaux, car c’est grâce à ça que l’on avance.

À force de faire beaucoup de bruit sur le web nous sommes contactés par des riders éparpillées dans notre secteur. L’occasion de leur présenter les différents spots, les événements, de rouler ensemble et ainsi crée une communauté pour rouler.

Pour suivre le team :


pub

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *